Un article d'un de mes prédécesseurs en tant que Bagehot:

LES frontières entre la critique d'Israël, l'antisionisme et l'antisémitisme sont, comme les frontières d'Israël, contestées. Certaines personnes pensent que nier le droit d’Israël à exister, seul parmi les États du monde, ou boycotter des biens israéliens tout en négligeant d’autres auteurs de violations des droits de l’homme, sont eux-mêmes carrément antisémites; d'autres considèrent que ces positions politiques légitimes ne sont pas entachées de préjugés. Partout où vous tracez cette ligne, cependant, une caractéristique particulière du dénigrement d'Israël devrait tomber du mauvais côté. C’est la tendance de certains à comparer Israël aux nazis, ou l’Holocauste au traitement réservé aux Palestiniens par Israël, une manœuvre qui est parfois appelée «inversion de l’Holocauste». Avec sa foutue idée que Hitler était un sioniste, l'ancien maire de Londres, Ken Livingstone, a indirectement relancé ce trope aujourd'hui, conduisant à sa suspension chaotique mais éventuelle par le Parti travailliste (déjà discrédité par une vague de débordements antisémites). Ailleurs, il est déployé dans des représentations de soldats israéliens comme héritiers des SS, d'élisions de l'étoile de David avec des croix gammées et des diatribes venimeuses dans le monde arabe et, de nos jours, à travers l'Occident.

Il y a trois raisons principales pour lesquelles l'introduction d'Hitler dans les débats sur Israël devrait être considérée comme antisémite. Premièrement, et le plus évidemment, même dans la pire interprétation possible de ce qu'Israël a fait aux Palestiniens, cela ne ressemble pas du tout à ce que les nazis ont fait aux juifs. L'échelle et le but sont incomparablement différents, d'une manière si flagrante qu'ils ne devraient pas avoir besoin d'être expliqués. Les exactions d’Israël contre les Palestiniens se produisent dans le cadre d’un conflit territorial et politique, même si celui-ci a incontestablement causé des torts graves et indéfendables; l'Holocauste était une tentative d'anéantissement ethnique au cours de laquelle 6 millions de personnes ont été assassinées. J'ai entendu un jour un homme bien éduqué qui aurait dû savoir mieux se plaindre du fait qu'après ce qui leur est arrivé pendant la seconde guerre mondiale, les Juifs ont plus ou moins continué à faire la même chose aux Palestiniens, «seulement sans tout le meurtre. »Le meurtre industrialisé, cependant, n'en faisait pas partie. Prétendre une équivalence exagère grotesquement la culpabilité d’Israël et rend routiniers les crimes du nazisme.

Cela étant – et puisqu'il existe d'autres comparateurs historiques beaucoup plus appropriés pour la politique israélienne – il est raisonnable de supposer que des gens comme M. Livingstone ont choisi celui-ci au moins en partie parce qu'il est blessant. Après tout, même s'il n'a aucun mérite en tant qu'outil d'analyse, sa capacité d'offenser est immense. Quiconque a du mal à comprendre pourquoi il en est ainsi devrait réfléchir à ce qu'ils ressentiraient si des connaissances comparaient constamment leurs mésaventures à la pire chose qui leur soit arrivée. Ma mauvaise journée au bureau, c'est comme quand ta maman est morte à l'agonie, n'est-ce pas? Pourquoi quelqu'un ferait-il une telle comparaison? N'oubliez pas que la grande majorité des Juifs dans le monde ont des parents qui ont été tués pendant l'Holocauste et souvent, pour les Juifs plus âgés, des parents assez proches. Pour eux, ce n'est pas un sujet de discussion abstrait ou une béquille rhétorique.

Enfin et surtout, la comparaison est inexcusable car elle suggère une sorte de karma cosmique. «Les Juifs», pense souvent, n'ont pas appris la leçon morale du nazisme et sont donc particulièrement déficients. Plus que cela, cependant, dans un sens rétrospectif irrationnel – puisque les Juifs qui ont été tués par les nazis sont morts avant même qu'Israël existe – le motif implique que l'Holocauste était presque une forme de justice grossière. Oui, oui, les Juifs ont eu un mauvais moment sous les nazis, dirige l'argument tordu et tacite, mais regardez ce qu'ils ont fait aux Palestiniens. Donc, vous savez, l'histoire et les Juifs sont en quelque sorte des abandons. Droite?