collectivités


20 ans après…le retour du Pôle de l’Estuaire

Dernière mise à jour 17/06/2016
L'équipe des présidents devant la Préfecture de Rouen

Collectivités. Nouveau tour de piste pour la création du Pôle Métropolitain de l’Estuaire de la Seine qui a déposé aujourd’hui ses statuts à la Préfecture de Normandie, le projet de 2014 ayant été rejeté. Attention, pour ceux qui ne sont pas familiers des structures administratives il y a la Métropole qui est une création de l’Etat et pour la Normandie c’est Rouen. Mais les communes ou plus exactement de les communautés de communes ont la possibilité de s’associer pour créer des pôles métropolitains sous réserve que l’Etat leur donne sa bénédiction.

Le Pôle de Caen est en cours de formation et celui de l’Estuaire mené par Edouard Philippe, Président de la Communauté de l’Agglomération Havraise (CODAH) et Président de l’Association pour la Création d’un Pôle Métropolitain de l’Estuaire de la Seine (ACPMES) espère être désormais agréé. C’est un projet commencé en 1998 et qui a avancé au rythme de l’administration française…presque 20 ans, il faut avoir la volonté chevillée au corps pour continuer à avancer. Entre temps élus, lois et réglementations ont changé plusieurs fois, il faut l’heureuse conjonction actuelle des astres pour les choses se concrétisent.

Une force de frappe de 500.000 habitants

Ce Pôle va de Lisieux à Fécamp, de Beuzeville au Havre et il intègre le Pays de Caux, il rassemble 12 EPCI qui réunissent 500 000 habitants et représentent plus de 80 % de la population de l’estuaire, bref il est presque aussi gros que la Métropole rouennaise qui annonce 700.000 habitants.

Le but de telles structures est de favoriser les mutualisations, les synergies et la mise en place de politiques communes pour favoriser l’attractivité du Pôle. Il s’agit aussi de peser de tout son poids face à la grande Région Normandie pour orienter les choix.

La structure est celle d’un syndicat mixte qui réunit des communautés de communes ou des communautés d’agglomération qui décident entre elles de coordonner des projets en commun. Il n’y a pas de transfert de compétences, cette structure n’a pas de fiscalité propre.

La gouvernance du Pôle Métropolitain est assurée par un conseil métropolitain de 55 membres (dont 1 par EPCI + 1 par tranche entamée de 10 000 hab), et un bureau constitué de 16 membres issus du conseil. Des groupes de travail seront constitués pour examiner les questions soumises au conseil.

 

 * composition de la délégation d’élus : Jean-Claude Weiss, président de la Communauté d’Agglomération de Caux Vallée de Seine, Franck Remond, président de la Communauté de Communes Campagne de Caux, Allain Guesdon, président de la Communauté de Communes de Beuzeville, Benoît Gatinet, président de la Communauté de Communes de Quillebeuf, Florence Durande, présidente de la Communauté de Communes du canton de Criquetot-L’Esneval, Serge Tougard, vice-président de la Communauté de Communes Lintercom Lisieux Pays d’Auge Normandie, Pierre Aubry, vice-président de la Communauté d’Agglomération Fécamp Caux Littoral, Antoine Servain, vice-président de la Communauté de Communes Cœur de Caux.