En vue


Guy Lefrand ferme les services publics le 4 octobre pour lutter contre la suppression de la taxe d’habitation

Dernière mise à jour 17/09/2017
Guy Lefrand maire d'Evreux

En vue. Le maire d’Evreux considère que la suppression de la taxe d’habitation que le Gouvernement prévoit de remplacer par une dotation qui reste à définir constitue une « nationalisation » des communes par l’Etat*. Il entend combattre ce projet et invite ses collègues à faire de même. Vous trouverez ci-dessous l’intégralité de sa tribune.

Je suis médecin. Les maires que je côtoie sont informaticien, agriculteur, garagiste, avocat, enseignant… Nous sommes issus du peuple et élus par le peuple. C’est la démocratie représentative, le gouvernement du peuple par le peuple.

Nous ne sommes pas des salariés de l’Etat. Les communes que nous gérons s’administrent librement : c’est-à-dire qu’elles organisent la vie quotidienne sur leur territoire et se financent par les impôts locaux.

Ce fonctionnement permet une gestion « en bon père de famille » de la commune. Ainsi, les collectivités locales pèsent pour 70 % des investissements publics, et pourtant ne représente que 11 % de la dette publique, et prélèvent 8 fois moins d’impôt que l’Etat.

Ce fonctionnement permet également de porter des ambitions pour nos territoires. Les élus y sont attachés, car ils y ont leurs racines, ils y vivent. Ils travaillent ainsi à préparer l’avenir de nos territoires.

Ce fonctionnement permet enfin aux élus locaux de rendre des comptes à leurs concitoyens. Ce sont les seuls à être évalués ainsi.

Pourtant, par ses récentes annonces, l’Etat « nationalise » les communes. En substituant la taxe d’habitation par une compensation incertaine de l’Etat, en réduisant le nombre d’élus qui sont essentiellement bénévoles, en les stigmatisant avec une loi de moralisation, les élus et les communes sont devenus une cible facile. C’est une remise en cause de notre Constitution (article 72).

Notre démocratie locale sera toujours plus efficace dans la gestion du quotidien des Français. Elle en est le reflet. Les Maires sont de meilleures gestionnaires que les Présidents de la République.

Les élus tirent la sonnette d’alarme contre la nationalisation engagée de nos communes. Je fermerai le mercredi 4 octobre prochain les services publics locaux et les bâtiments communaux : mairie, école, crèche, cantine, gymnase, piscine, musée, église, cimetière, état civil… J’invite les élus locaux à se mobiliser.

Cette défiance du Président de la République contre les élus locaux est inspirée, soit du collectivisme soviétique, soit d’un sentiment de supériorité de nos technocrates Parisiens. Les deux sont dangereux !

Guy Lefrand - Maire d’Evreux

*Dès l'annonce de la mesure, l'Association des maires de France (AMF) rappelait que le coût de la réforme telle que la présentait Emmanuel Macron, estimée dans un premier temps à 10 milliards d'euros, représentait "36% de l'ensemble des ressources propres des communes".